Chantiers participatifs de création artistique dans les lieux de la vie quotidienne


Lors de ma dernière année d'étude et de création au Fresnoy, studio national des arts contemporains, j'ai créé un spectacle. J'ai découvert alors que pour le diffuser, je devais mettre en place une association loi 1901. Il me fallait donc choisir un territoire d'installation, trouver des soutiens qui constitueraient un conseil d'administration, rencontrer les institutions de la ville, du département, de la région. Ma réflexion artistique portait alors sur les relations entre les gens et les espaces : habitons-nous les lieux ou les lieux nous habitent-ils ? La compagnie Pih-Poh est donc née. Son premier spectacle, Parking, était un dispositif autonome qui a pu se déployer dans des lieux non-théâtraux, notamment au Batofar et à la Villette à Paris.

Il a été suivi de notre première intervention auprès d'amateurs, vidéastes et danseurs de hip-hop pour un film de danse dans l'espace public.

De ces deux matrices, intervention dans l'espace public et regard sur les liens entre gens et lieux est né bien des années plus tard le projet : Passagers du Cher dans le quartier des Rives du Cher à Tours. C'est notre première expérience d'ampleur et de longue haleine d'intervention artistique à visée sociale sous la forme de chantiers participatifs de création artistique dans les lieux de la vie quotidienne.

 

Au fil des ans, cette expérience a transformé nos pratiques et enrichit nos compétences. 

Nous avons essaimé ce travail en explorant d'autres lieux :

Only connect ! rassemblant Habiter les jardins/jardiner les halls, une aventure de Jim aux Fontaines à Tours et 12 hommes en colère à la Rabière à Joué-lès-Tours

et en 2015, The Go-Between, pour que chacun trouve sa voix au Sanitas à Tours.

 

 A partir de ces expériences, nous avons esquissé une méthode de travail...

Hall you need is Cher, Festival Rayons frais à Tours, 2012

Illustration : Méryl Septier /  Webmestre : Stéphanie Jollec