Spectacles sur scène

Le premier spectacle de Pih-Poh, intitulé "Parking" a provoqué l'entrée par effraction de danseurs de hip-hop au Fresnoy, lieu d'art contemporain par la rencontre entre le texte de François Bon, un danseur de hip-hop et un dispositif de projection vidéo. Dans la foulée, un travail de création analogue a permis à un groupe d'adolescents danseurs de hip-hop et deux jeunes vidéastes de se rencontrer.

 

"Parking" été créé au Fresnoy en 2001 puis repris en tournée notamment au Festival des Rencontres Urbaines de la Villette à Paris.

De 2002 à 2009, la compagnie crée trois spectacles pour la scène : Solo Ininterrompue d'après Paul Eluard, Transport d'après L’Établi de Robert Linhart et Histoire de Mokrane d'après un conte kabyle qui sera joué 70 fois dans toute la France.

 

Charlotte Gosselin et Philippe Fauconnier

dans "Sur la Corde raide"

Espace Malraux, janvier 2017

photo : In vivo video

Naissance d'une compagnie

" J'étudiai à l'université en Études Théâtrales et, jouant Emma dans "Betrayal" d'Harold Pinter avec des amis étudiants, j'avais l'impression que nous reproduisions le travail de nos aînés, notamment celui de notre professeur de théâtre et directeur du Centre dramatique, Daniel Mesguich. En parallèle, je découvrais la danse hip-hop grâce à une compagnie qui s'entraînait près de chez moi nommée "Epeul'street Power", par mon stage dans la Compagnie Montalvo-Hervieu où dansait notamment Walid Bouhmani et en assistant aux spectacles de Farid Berki. J'admirai leur art et j'étais fascinée qu'ils aient tout inventer par eux-mêmes avec, comme seuls modèles, la télévision.

 

Puis, je suis entrée au Fresnoy. L'année commençait par une rétrospective des films de Johann Van der Keuken en sa présence et, Robert Kramer, autre grand documentariste, suivait nos projets. J'ai découvert le cinéma que je cherchais depuis toujours au croisement du réel, de la fiction et de l'expérimental, rassemblant en un seul geste, l'intime et le politique.

 

De ces deux détours, le hip-hop et ce cinéma-là, j'ai pu faire mon miel et trouver peu à peu ma propre voix/e."

 

Ida Tesla, metteur en scène